Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 08:51

Gémissements, soubresauts sont les agitations d'un corps en sommeil dus aux connections neuronales . Rien à voir avec les rêves. On se souvient rarement ou vaguement des rêves qu'on a fait, au réveil, quelques minutes après les avoir fait. A moins d'être tous atteints d'Alzheimer s'ils venaient du cerveau les rêves seraient clairs pour tout le monde dans la mémoire récente. Ce n'est pas le cas. Ils sont donc issus ailleurs que du cerveau.

En découvrant la métamatière  j'ai aussi découvert ce que sont les rêves. Ils sont une fenêtre ouverte aux humains de façon quasi permanente sur la nature de métamatière. Quand nous rêvons nous visionnons de la métamatière. Des images, des films de nos comportements matériels bien réels puisque nous les visionnons mais faits sans matière. Faits d'autre chose que de matière. De métamatière.  Quand nous rêvons nous visionnons des comportements de notre vie quotidienne transformés en films métamatériels par le foétus d'esprit. Nous visionnons ce qu'il a mémorisé à partir de nos comportements matériels. Nos rêves nous paraissent donc brouillons.  

Je peux affirmer que seuls les humains rêvent parce que seuls les humains ont un pied dans la nature de métamatière parce que seuls les humains ont son énergie : l'intelligence. Les animaux et les végétaux ont seulement l'instinct pour vivre. Ils ne possèdent pas l'intelligence. Ils n'ont pas accès à la nature de métamatière. Pour y avoir accès il faut posséder l'intelligence. 

Les humains possèdent l'instinct et l'intelligence. Ils sont capables de visionner de la métamatière. Ils rêvent. Leur vie de tous les jours est une succession de phases de veille et de sommeil : un mode matière et un mode métamatière. Un jour, à la mort de leur corps de matière, ils resteront en mode métamatière. Ils rêveront pour l'éternité. Les animaux eux, naissent, vivent, meurent et puis plus rien. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude DE BORTOLI
commenter cet article

commentaires