Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 10:31
Merci Claude pour ces précisions.

Une petite question au sujet de la réincarnation. Si j'ai bien compris, selon toi, les esprits (qui proviennent de la mort physique des êtres humains) restent dans la métamatière et ne se réincarnent plus dans le monde matériel. Mais étant donne que beaucoup d'entre eux n'auront pas encore atteint le niveau requis pour vivre pleinement dans la métamatière, ils seront obligés (ou se sentiront obligés) de s'améliorer en reprenant contact avec le monde matériel et en "parrainant" (je reprends ton terme) des êtres humains.

Je trouve, dans cette manière de concevoir les choses, une notion d'injustice. Pourquoi un esprit, issu de la mort physique d'un être humain, va-t-il souffrir dans le monde de la métamatière alors qu'il n'est pas responsable de son niveau d'évolution ? Tu dis toi-même qu'un esprit en gestation dans un corps humain, vivant dans le monde matériel, n'a aucune influence sur le comportement de cet être humain. Il est un peu comme un foetus dans l'utérus de sa mère. Pourquoi cet esprit aurait-il à "payer" (dans le monde de la métamatière) les erreurs commises par l'être humain qui le portait, erreurs dont il n'était pas responsable ?

Toujours selon ta théorie, chaque être humain est en relation avec deux esprits : le premier est en gestation au sein de l'être humain qui le porte et n'a donc aucune influence sur lui et le second est un parrain qui pourrait guider l'être humain en question si celui-ci le souhaite (une sorte d'ange gardien).

Pourquoi compliquer les choses et n'avoir pas gardé le principe de la simple réincarnantion ? Un esprit insuffisamment évolué et ne pouvant pas vivre indéfiniment dans la métamatière reviendrait vers le monde matériel en se réincarnant dans un corps physique humain et en le guidant de l'intérieur. Ces aller et retour de l'esprit se feraient antant de fois qu'il le faut jusqu'au moment où l'esprit soit suffisamment évolué pour continuer sa vie dans le monde de la métamatière, atteignant ainsi le paradis ou le nirvana. Cette façon de voir les choses ne me semble pas être en contradiction avec ta théorie ; en plus elle a l'énorme avantage de rendre l'esprit responsable de l'état d'évolution dans lequel il se trouve.

Brahim



Pas mal Brahim !! Sourire

Un esprit est un être vivant dans la nature de métamatière ; Il ne naît pas du néant ! Il a une phase de gestation dans la vie quotidienne d'un humain. Le comportement de l'humain produit naturellement des molécules de métamatière et le foétus d'esprit les récupère pour se constituer une anatomie sans matière. Le foètus d'esprit se génère au depend de la vie de son gestateur humain.

Le foétus d'esprit ne participe pas à la vie de l'humain gestateur. Il ne peut pas l'influencer dans tel ou tel comportement qui pourrait lui fournir de meilleures molécules de métamatière. Le foétus d'esprit ne fait que mémoriser les molécules de métamatière produites par son gestateur humain sans rien arbitrer. Il mémorise ce que est bien pour lui comme ce qui est mauvais pour lui. Il mémorise le Bien comme le Mal sans rien arbitrer.

L'hygienne vaut que les molécules de métamatière produites par le comportement de l'humain gestateur soient les plus conformes métamatériellement que possible pour que le foètus d'esprit naisse le plus viable que possible dans la nature de métamatière.

Une fois né, le nouvel esprit a deux options : Soit il est viable parce que l'humain gestateur aura produit des molécules conformes pour la nature de métamatière, soit il n'est pas viable parce que l'humain gestateur aura produit des molécules non conformes pour la nature de métamatière.

Dans le premier cas, le nouvel esprit accède de suite aux hautes sphères de la nature de métamatière. Dans l'autre cas, il se retrouvera dans les bas-fond de la nature de métamatière, dans des endroits saturés d'angoisses qui vont obliger le malheureux esprit à s'améliorer.

De telles angoisses n'existent pas dans la nature de matière. La nature de matière n'a pas besoin de ces angoisses métaphtsique pour persuader les êtres matériels à être conformes. La perspective de la souffrance et de la mort, via l'instinct de conservation, suffisent normalement à persuader un être matériel de s'améliorer.

Mais la mort n'existe pas dans la nature de métamatière. Ce sont ces endroits saturés d'angoisses métaphysique qui vont obligés les esprits non viables à s'améliorer. Ils ne peuvent pas s'accomoder de cet état. Ils sont obligés de s'améliorer. La souffrance est trop intense. Et pour compliquer leur état, pour s'améliorer, les esprits doivent faire appel à des humains qui peuvent ne pas être disposés à cette entente.

Le pire dans tout çà est que l'humain gestateur, qui est à l'origine de cet esprit non viable, se voit lui aussi vivre dans la vie du malheureux esprit issue de sa propre vie. Il se voit lui aussi éprouver les angoisses métaphysiques de son hôte esprit. L'humain ne peut rien faire. Il ne peut que subir. C'était avant, lorsqu'il vivait qu'il pouvait produire des molécules saines de façon à faire naître un esprit viable. Une fois son corps de matière mort, une fois l'esprit né, l'humain gestateur ne peut plus rien faire.

Après la mort de son corps de matière, l'humain gestateur ne peut que profiter du bonheur métaphysique d'un esprit né viable ou subir les angoisses métaphysiques d'un esprit né non viable sans rien arbitrer.

Après la mort de son corps de matière, l'humain devient l'hôte d'une vie sans matière laquelle était hôte de la sienne quand il vivait ! Clin d'oeil

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude DE BORTOLI - dans univers-sans-matiere
commenter cet article

commentaires