Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 09:03

La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains se positionne par rapport à l'égalité homme/femme.

 

Si l'humain n'avait que l'instinct pour vivre, il serait un animal et vivrait "à poil" selon les lois instinctives de la nature de matière sans possibilité de dévier. Mais il est aussi intelligent. Il n'entre plus dans la logique de la nature de matière et de ses êtres vivants.  L'intelligence permet aux humains de se libérer des liens de l'instinct et de vivre comme bon leur semble l'instinct. Il n'est plus guidé par la nature de matière comme les animaux et les végétaux mais doit trouver seul son chemin.

En dehors de chez elles et aux regards de tout le monde, les femmes doivent dissimuler leurs formes. C'est une marque de respect pour les hommes qui sont attirés sexuellement et naturellement par les formes des femmes. Pour leurs éviter un  perpétuel état de frustration.

 

Hommes et femmes sont égaux au regard de la nature de matière. Ils ne doivent pas chercher à dominer l'autre. Les hommes sont naturellement attirés sexuellement par les formes des femmes. Les femmes en exposant leurs formes en dehors de chez elles et au regard de tout le monde imposent aux hommes un état de frustration permanente qui les asservit. L'égalité entre les hommes et les femmes est rompue.

 

Les hommes éprouvent une frustration à la vue des formes des femmes en dehors de leur couple. Elles doivent les dissimuler par respect pour les hommes afin de ne pas les dominer et rétablir l'égalité homme/femme.

Les femmes éprouvent une frustration de ne pas avoir d'enfants. Les hommes doivent donner des enfants à leur compagne par respect pour elle afin de ne pas la dominer et rétablir l'égalité femme/homme.

 


Hommes et femmes sont égaux aux regards de la nature de matière et de la nature de métamatière.

Je montre les comportements de chacun des sexes dans la procédure de reproduction des humains.

Aux femmes de ne pas jouer avec les comportements naturels des hommes et de les respecter.
Aux hommes de ne pas jouer avec les comportements naturels des femmes et de les respecter.

Au risque de déséquilibrer l'égalité homme/femme et d'en arriver à des extrêmes :
Les hommes, plus forts physiquement, contraignent par la force les femmes à dissimuler leurs formes.
Les femmes, plus fortes mentalement, soumettent les hommes en les frustrant en permanence par leurs tendances naturelles.

 

La procédure de reproduction installée chez les humains par la nature de matière commence par l'attirance sexuelle. Les hommes sont attirés sexuellement par les formes des femmes. Aux femmes de ne pas leurrer les hommes en exposant leurs formes aux regards de tout le monde. Un état de frustration permanent s'installe chez eux et les diminue face à elles.

 

Les hommes sont aussi libres que les femmes. Dans la rue, ils n'ont pas à se promener en aveugle un bandeau sur les yeux pour ne pas être leurrer sexuellement par les femmes montrant leurs formes. Ils n'ont pas à se diminuer à ce point. C'est aux femmes de dissimuler leurs formes sous quelconque habit. Ce n'est pas se diminuer face aux hommes. C'est comprendre le processus de reproduction chez eux. C'est comprendre leur procédure de reproduction. C'est les estimer et les respecter.

 

 

La nature de matière a dicté le processus de reproduction de l'espèce humaine et l'a figé à tout jamais par des lois immuables de l'instinct. Les hommes sont instinctivement attirés sexuellement par les formes des femmes. C'est une loi instinctive, naturelle qui entre dans le processus de reproduction de l'espèce humaine. Les femmes, en dehors de chez elles ou d'un environnement particulier, ne doivent pas étaler leurs formes aux regards de tous le monde par respect pour les hommes afin de leurs épargner un sempiternel état de frustration.

 

 

Femmes, n'exposez pas vos formes en public par respect pour les hommes. La nature de matière a imposé aux hommes, depuis toujours et pour toujours, une procédure dans le déroulement de l'accouplement. La vue des formes de la femme entre dans la procédure. C'est l'attirance sexuellement. Exposer délibérément les formes des femmes en public c'est leurrer la procédure d'accouplement chez les hommes laquelle commence par l'attirance sexuelle. Cette duperie leurs provoque un état de frustration plus ou moins intense.

Les hommes tirent leur force de leur vigueur. Les femmes tirent leur force de leurs formes. Les exposer en public, déclanche le processus naturel d'accouplement chez  les hommes et leurs provoque, au final, un état de frustration. C'est vouloir les dominer. Ce n'est pas naturel. Hommes et femmes sont égaux devant la nature de matière et la nature de métamatière.

 


L'animal mâle a seulement l'instinct pour vivre. La nature de matière maitrise l'instinct. Elle lui a donné, depuis toujours et pour toujours, une procédure d'accouplement et l'a figé dans le marbre de l'instinct. L'animal ne peut pas s'en libérer. Il suit d'instinct la procédure sans possibilité de dévier. Lorsque la femelle n'est plus disponible, le processus s'arrête naturellement.

Il n'en va pas de même pour les humains. Ils ont l'intelligence en plus des instincts. L'intelligence leurs permet de se libérer des liens de l'instinct et de vivre comme bon leurs semble. La nature de matière leurs a donné une procédure idéale d'accouplement qui commence par l'attirance mais l'intelligence leurs permet de s'en libérer. Ils doivent donc se prendre en charge eux-même et se donner des limites. Une des limite est que les femmes doivent dissimiler leurs formes aux regards de tout le monde et surtout des hommes lorsqu'elles ne sont plus disponibles sexuellement. Les hommes sont naturellement attirés sexuellement par les formes des femmes. Une attirance sexuelle leurrée par un étalage des formes de femmes non disponibles sexuellement leurs provoque un état de frustration.  Les femmes, en exposant leurs formes aux regards de tout le monde, asservissent les hommes en leurs implantant un état de frustration permanent. C'est un leurre puissant qui permet de les dominer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude DE BORTOLI
commenter cet article

commentaires

Claude de Bortoli 05/10/2016 08:51

Le Terrien, notre fratrie humaine, n'est que dans la phase adolescente de son existence. Il a encore un formidable avenir, une phase adulte responsable et une sage vieillesse, avant sa disparition faute de reproduction. Pas question pour lui que son intelligence surpasse son instinct de reproduction. Il doit continuer à se reproduire... en être humain, pas en animal qu'il n'est pas.

L'instinct de reproduction est donc bien enraciner chez nous. Contrairement aux animaux il est possible par l'intelligence de surpasser l'instinct de reproduction mais cela demande de lutter contre lui. C'est pas facile. C'est un combat inégal entre l'intelligence plus ou moins évoluée de l'individu et la puissante nature de matière. La vue permanente de femmes montrant en public leurs formes de façon ostentatoire n'est plus une délicieuse excitation prélude du processus de reproduction mais une agression permanente que les hommes doivent sans cesse combattre pour retrouver un état normal, calme.

C'est du terrorisme façon féminin sur la gente masculine. Une des façons de mener la régression d'une société. Nous sommes dans une manoeuvre de recul, de régression pour nous sortir, en reculant, de l'impasse dérèglement climatique dans laquelle nous nous sommes fourvoyés. Ce terrorisme féminin est voulu et entretenu par les pilotes du Nouvel Ordre Mondial.

Fred 05/10/2016 10:34

Mais les femmes et les hommes homosexuels ne parviennent-ils pas à dépasser cette frustration ? Je suis bien d'accord avec vous sur la nécessité de continuer à se reproduire mais pourquoi le cas des hommes hétérosexuels serait-il différent des autres ?

Fred 04/10/2016 23:29

Bonjour Claude,

Merci beaucoup pour cette réponse détaillée. Vous avez raison : l'instinct de reproduction est fondamental pour la nature de matière et le passage de l'espèce entière en « mode intelligence » conduirait à notre extinction.

Toutefois, j'ai vraiment l'impression que même cet instinct peut-être surpassé. L'homosexualité n'est-elle pas un parfait exemple de supériorité de l'intelligence sur lui ? Vous avez très bien expliqué qu'elle est tout-à-fait normale, qu'elle est le fruit de l'intelligence humaine. Or, elle est antithétique à l'instinct de reproduction. Par ailleurs, les femmes ne sont-elles pas elles aussi assujetties à ce dernier ? Or, vous semblez suggérer qu’elles parviennent à voir les formes masculines sans frustration particulière.
Par conséquent, sauf à dire que les hommes hétérosexuels sont plus limités que les autres, nous devons être capables d'en faire autant.

Je comprends votre analogie avec la nourriture, qui est nécessaire à la survie. Mais justement, il arrive assez souvent d'être confronté à des « mets succulents » sans pouvoir les manger, dans la rue ou à la télévision. Les formes féminines n’en sont pas le seul exemple : l’affichage de richesses inatteignables ou d'un statut social/familial enviable nous confronte à la frustration chaque jour. Mais nous sommes humains. Nous ne sommes pas comme les souris, qui tombent dans n’importe quel piège sans pouvoir s'empêcher de manger le morceau de fromage. Nous sommes capables de subordonner nos instincts vitaux à notre intelligence. Cela ne signifie pas que nous ne mangerons jamais ni que nous ne pourrons jamais nous reproduire, mais que nous gérons nos besoins avec intelligence. Vous le montrez d’ailleurs vous-même en faisant remarquer que nous ne nous reproduisons que dans l’intimité du couple. Gérer nos besoins vitaux intelligemment ne menace pas l'espèce humaine ni la nature de matière.

L’éclairage apporté par vos articles donne l’impression qu’évoluer vers un certain ascétisme (sans passer complètement en mode « intelligence » non plus) est la clef pour vivre sereinement, en maîtrisant les diverses sources de frustration du quotidien. Il ne s’agit pas de contester la légitimité de cette frustration mais de choisir, soi-même et pour soi, d’adopter une philosophie permettant de mieux s’adapter à la nature de matière en tant qu’être intelligent. Vous êtes bien sûr le mieux placé pour en juger, mais cette nouvelle approche ne découle-t-elle pas tout naturellement de vos autres découvertes ?

Je vous remercie beaucoup de prendre le temps d’échanger avec moi sur ces questions passionnantes !


Fred

Fred 30/09/2016 11:35

Bonjour Claude,

Vous dites que les femmes doivent cacher leurs formes pour ne pas frustrer les hommes. Si j’ai bien compris, la vue de ces formes enclenche un « processus de reproduction » chez ces derniers, mais le processus reste bloqué à un stade inabouti et ce blocage produit des métons non-conformes faisant souffrir les hommes. L’instinct de reproduction dicté par la nature de matière est donc au cœur de la problématique.

Pourtant, vous montrez bien dans d’autres articles que le propre de l’être humain est justement de surpasser l’instinct grâce à l’intelligence (par exemple dans l’article sur le dressage : « L'intelligence humaine est l'énergie qui permet aux humains d'outre-passer les liens de l'instinct et de vivre comme bon leurs semble »). Par conséquent, la frustration due à l’initiation infructueuse du processus de reproduction des hommes ne serait-elle pas à combattre non pas par les femmes en cachant leurs formes, mais par les hommes en surpassant l’instinct de reproduction par l’intelligence sociale ?

J’ai l’impression que l’origine de cette frustration ne se trouve pas dans le comportement des femmes, mais plutôt dans l’incohérence entre une vision « instinctive » des femmes et le mode de vie humain civilisé, où la reproduction sexuelle est plus codifiée que chez les animaux. Autrement dit, le problème ne serait pas la vue des formes des femmes mais l’inaptitude à se comporter en être humain intelligent dans cette situation particulière.

En tant qu’homme, cette inaptitude me frustre finalement plus que la vue de formes féminines. J’aspire à devenir un être intelligent dont l’esprit puisse naître viable et être accepté par la métamatière. Je pense que cacher les formes des femmes serait une entrave dans cette quête, puisque je n’aurais plus besoin de surpasser mon instinct, plus de raison de travailler mon intelligence.

Qu’en pensez-vous ?
Merci de vos lumières,


Fred

Claude De Bortoli 01/10/2016 10:48

Chez les hommes, le processus de reproduction enclenché et inabouti par les femmes qui montrent leurs formes en public de façon ostentatoire, leurs provoque une douleur lancinante : la frustration.

La reproduction est du domaine de l'instinct, pas de l'intelligence. L'instinct de reproduction est le même avec une intelligence standard ou une intelligence évoluée.

L'intelligence nous permet d'outre passer les liens de l'instinct et vivre comme bon nous semble. Nous sommes des électrons libres dans un monde totalement dominé et figé par l'instinct.

L'Humain fait néanmoins partie intégrante de la nature de matière. Il est donc soumis aux lois qui permettent aux êtres de vivre dans ce monde à savoir manger, boire, se reproduire. La reproduction est le "gagne pain" de la nature de matière ou tout est mortel dans son environnement. Sans reproduction pas de nature de matière. Elle met donc le paquet en associant l'extase au processus de reproduction.

L'intelligence humaine intervient dans le fond de la reproduction. Ne pas se reproduire comme des animaux, en pleine rue, à la vue de tout le monde. Montrons que nous sommes des humains en nous reproduisant dans l'intimité du couple.

On ne peut pas demander pas à quelqu'un de surpasser son envie de manger quand il voit un met succulent. C'est instinctif même avec la plus grande intelligence ou alors ils se prive de manger et meurt.

C'est pareil pour la reproduction. Soit on reste mode instinct et on se reproduit comme des humains avec son corolaire d'avantages et d'inconvénients soit on passe en mode intelligence et on s'en prive comme un moine dans un monastère.

Si on reste en mode instinct les femmes ne doivent pas terrorisées les hommes en les excitant en permanence.
Si on se met en mode intelligence c'est le début de la fin de l'espèce humaine sur Terre. Disparue faute de reproduction.

Ne vous frustrer pas de ne pas pouvoir résister à la vue des formes des femmes. C'est naturel. Instinctif. Inscrit dans les lois de la nature de matière. Propre aux êtres vivants depuis toujours et pour toujours. C'est signe de bonne santé. Les fautes vient des femmes. Il faut être un beau salaud pour mettre un met succulent sous le nez de quelqu'un qui a faim et lui reprocher son envie de manger.

Résister au processus de reproduire qui se déclenche à la vue des formes des femmes est impossible puisque c'est inscrit dans les lois naturelles. Même le Pape ne résisterait pas à une femme qui se dénude devant lui ! Les moyens pour tenir bon face à cette terreur féministe sont : s'isoler physiquement afin de trouver le repos : être le moins possible en contact avec des cul-nus, être plus que rassasié sexuellement ou se forcer à détourner son regard quand une cul-nu passe à proximité mais c'est difficile parce qu'elles sont nombreuses. L'hiver est une bonne période. Le froid les oblige à s'habiller.