Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 11:07

Le foetus n'est pas un organe "normal". C'est un organe éphémère. Le seul. Son ADN est différent de celui de la mère. Il est lié à son corps par le placenta et le cordon ombilical. Elle et lui ne font qu'un comme le coeur, le foi et les poumons ne font qu'un avec le corps . Si la mère meurt le foetus n'est plus. Il a une définition et une classification à part. Sa fonction est de créer un humain. C'est un outil à fabriquer des humains d'où son appellation " organe" (organum = outil). Son existence dans le corps de la mère est éphémère. Elle commence à la fécondation et disparait à la naissance de l'enfant.

 

Le foetus fait partie du corps de la mère au même titre qu'un de ses organes. Il est pour elle un organe éphémère. Elle en dispose à sa guise en fonction de ses instincts et de ses disponibilités.

Si une femme enceinte veut garder son foetus quelle aime tant mais le perd à cause d'une agression extérieure ou d'une malveillance, cette libération anticipée forcée est à considérer comme un meurtre un être humain à devenir des plus innocent.

Si la libération anticipée forcée provoque une naissance suivie d'une mort, il y a meurtre d'un être humain des plus innocent.

Si la libération anticipée forcée provoque une naissance, si le nouveau-né n'a pas de séquelle, pas de poursuite pour les agresseurs en ce qui concerne le bébé. S'il a des séquelles de sa libération forcée ils en payeront les conséquences.

 

Si une personne veut donner son rein à une autre personne, libre à elle. C'est son corps. C'est ses organes.

Si une personne perd son rein à cause d'une agression, l'agresseur est traduit en justice.

C'est la même chose pour un foétus. Si la mère veut se séparer de son foetus, libre à elle. C'est son corps. C'est son organe. Si elle le perd à cause d'une agression, l'agresseur est traduit en justice pour meurtre parce que sans son agression un humain serait né.

Le foetus appartient à la mère. Elle en dispose à sa guise. Si elle veut s'en défaire, c'est une extraction. Si une agression extérieure lui fait perdre son foetus quelle aimait tant, l'agresseur devient un meurtrier.

 

 

 

Dans le cas d'une Interruption Médicale de Grossesse, pas de naissance, pas de vie, pas de mort. Il y a extraction de l'organe éphémère.

S'il y a injection létale dans le foetus pour arrêter son fonctionnement, il n'y a pas naissance. Il y a libération anticipée d'un organe éphémère.

 

Si par malheur, au cours de cette opération, il y a naissance puis mort par injection létale ou par faute de soin, il y a meurtre d'un être humain des plus innocent.

 

S'il y a naissance, il y a être humain même s'il ne survit que quelques minutes.

 


A terme, dès le premier souffle, dès le premier cri, il y a naissance, il y a humain.

Prématuré, sorti du corps de la mère, dès que le cordon ombilical est coupé, si le bébé est viable, il y a être humain.

Si la mère ne veut plus du foetus pour une raison ou pour une autre, c'est avant la naissance ou avant de couper le cordon ombilical quelle doit arrêter son fonctionnement.

Après la naissance ou/et après avoir couper le cordon ombilical, si le bébé est viable, il y a être humain.
Le tuer est alors un crime odieux d'un être des plus innocent.

 

 

Soyons clairs :

De la fécondation à la naissance, c'est la phase gestation. Un organe éphémère, destiné à produire un être humain, évolue au dépend du corps de la mère. C'est un foetus humain à respecter en temps que tel.

Si la mère veut garder son foetus et faire naître un être humain, c'est tant mieux pour tout le monde. Pour la mère, pour la famille, pour la société, pour l'espèce humaine.

Si elle ne veut pas de ce foetus, libre à elle. Elle l'extraie de son corps à condition qu'une libération anticipée ne provoque pas une naissance suivie d'une mort des plus innocent. Le foetus, sorti du corps de la mère, se présente comme une masse de chair inerte comme un organe que l'on a extraie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude DE BORTOLI
commenter cet article

commentaires

Thierry 26/09/2010 20:36



Bonjour,


De quel droit, vous permettez vous ,de passer sur un forum ,et de laisser votre prose ,sans en demander l'autorisation ,je suis pour la liberté d'expression ,mais pas pour le bourage de crâne aux
idées bien définies,je vous conseil donc d'aller prospecter ailleurs.


Merci de votre compréhension.



Aariciaa 24/07/2010 16:13



A propos de votre message sur maman.fr, voici ma réponse:


Tout ce que je vois, pour ma part, c'est une justification visant à soutenir le droit à l'avortement.
Dans certains pays, une femme violée qui tombe enceinte est obligée de garder l'enfant. En lisant ça, je me disais que certains pays devraient apprendre à réfléchir autrement.
Ceci dit, je serais très intéressée de savoir pourquoi cette personne est venue s'échouer sur ce forum.
Quel était son but?
Quel est le message finalement et pourquoi le poster là en gros.


Après, comme tout message philosophique, il porte à réfléchir. Dire qu'un cadavre n'est plus un homme et qu'un fœtus n'est pas un humain... C'est tout à fait discutable, chacun sa visions des
choses.
Disposer comme bon nous semble d'un fœtus ou d'un cadavre (merci la comparaison): ça reste glauque. Du moins dans notre société actuelle, qui, disons-le, a tout de même progressé.



Moi 08/07/2010 21:14



Un coach de vie est une personne qui a d'abord réfléchi sur elle-même et qui a fait l'effort d'apprendre à se connaître vraiment. Comment pourrait-il en être
autrement sachant que tout commence par la connaissance de Soi. Celle-ci est primordiale pour pouvoir aider les autres et devenir un coach de vie qui obtient du succès.



L'approche métaphysique est sans aucun doute une des meilleures méthodes pour guider une personne dans la vie. Il existe bien sûr d'autres méthodes amenant
une personne à devenir un coach de vie, mais la Métaphysique Appiqué offre beaucoup plus d'avantages. Ses fondements axés sur une spiritualité millénaire et toujours bien vivante, procure au
coaché une meilleure compréhension des lois de l'esprit, donc de la vie. Cela favorise énormément la compréhension du coaché, de même que ses réels besoins dans la vie et ses capacités à les
obtenir. Nons seulement le « Coach de Vie)en Métaphysique Appliquée peut aider son client à matérialiser ses buts dans la vie, mais il peut également lui apprendre à transmettre ses nouvelles
connaissances aux autres membres de sa famille qui, eux-aussi, peuvent avoir des difficultés à comprendre comment ils peuvent réaliser pleinement leur vie quotidienne pour atteindre le succès
qu'ils désirent. 



Le coach de vie est aussi un guide, un accompagnateur, un thérapeute d'orientation spirituelle qui s'est spécialisé dans l'accompagnement d'une personne
l'aider à vaincre les obstacles qui l'empêche de réussir sa vie. C'est surtout sur le plan de l'identité de la personne qu'un coach peut apporter sont aide, et, en tant que métaphysicien
diplômés, nous savons que notre subconscient enregistre toutes nos paroles, nos actions et nos
pensées, mais qu'il ne décide pas par lui-même si nos paroles ou actions sont bonnes ou mauvaises. Aussi, il arrive parfois qu'il
crée des liens malveillants vers notre esprit conscient, et très souvent, cela se transforme en un "pattern d'énergie négatif" dont il est difficile à se débarrasser. Le coach est là pour aider
le coaché à troquer ses habitudes négatives pour des habitudes positives. Le travail du coach est aussi de faire apparaître les forces et les talents cachés d'une personne. Il observe les
comportements du coaché et apporte des suggestions appropriées pour un changement bénéfique pour le client.



C'est en utilisant la Pastorale ou « l'écoute active », que le coach en métaphysique apprend à saisir l'état psychologique de son client, ses désirs
profonds, ses ambitions, ses forces comme ses faiblesses. C'est aussi en utilisant son intuition et sa compréhension du fonctionnement de l'esprit humain, et en appliquant les méthodes apprises
en métaphysique appliquée, qu'il arrive à créer l'espoir d'une vie future meilleure chez son client. Bien sûr, il ne porte jamais de jugement critique sur le comportement de celui-ci. 



Le travail d'un coach de vie ressemble un peu à celui de l'hypnologue, c'est-à-dire, que c'est le coaché qui mène le bal non le coach. Je le répète, le coach
est un accompagnateur, un guide spirituel, un thérapeute non un dictateur de conduite. Il ne doit jamais se substituer à son client ni critiquer sa façon de vivre. Son travail de "coach" consiste
surtout à se concentrer sur l'état d'âme de son client, sur la manière dont celui-ci aborde ses problèmes. Évidemment, le client doit être vraiment décidé à entreprendre cette démarche. Il doit
vraiment vouloir réussir sa vie. Voilà pourquoi la confiance doit règner entre le coaché et le coach. 



Assurément, le coach va proposer des solutions positives à son client, des propositions qui vont le focer à agir, par exemple:



changer certaines habitudes négatives


modifier un trait de comportement qui lui est nuisible


réorienter sa carrière


passer plus de temps avec sa famille...ect, mais c'est toujours le coaché qui décide en fin de compte. Le partenariat formé entre le coach de vie et le
coaché a pour objectif de stimuler celui-ci afin de produire des résultats significatifs et des améliorations notables dans la vie personnelle et professionnelle du client. Le coaching de vie
n’est pas une thérapie où l'on cherche à saisir le passé du coaché. Il s'agit surtout de permettre au coaché d'aller de l’avant et de le faire sortir de son rôle de victime. Personne ne peut
vivre à la place de l'autre et dès le moment ou l'on décide d’agir, on se réapproprie sa vie.


Lu sur internet



 



Moi 08/07/2010 21:12



Un coach de vie est une personne qui a d'abord réfléchi sur elle-même et qui a fait
l'effort d'apprendre à se connaître vraiment. Comment pourrait-il en être autrement sachant que tout commence par la connaissance de Soi. Celle-ci est primordiale pour pouvoir aider les autres et
devenir un coach de vie qui obtient du succès.



L'approche métaphysique est sans aucun doute une des meilleures méthodes pour guider une personne dans la vie. Il existe bien sûr d'autres méthodes amenant
une personne à devenir un coach de vie, mais la Métaphysique Appiqué offre beaucoup plus d'avantages. Ses fondements axés sur une spiritualité millénaire et toujours bien vivante, procure au
coaché une meilleure compréhension des lois de l'esprit, donc de la vie. Cela favorise énormément la compréhension du coaché, de même que ses réels besoins dans la vie et ses capacités à les
obtenir. Nons seulement le « Coach de Vie)en Métaphysique Appliquée peut aider son client à matérialiser ses buts dans la vie, mais il peut également lui apprendre à transmettre ses nouvelles
connaissances aux autres membres de sa famille qui, eux-aussi, peuvent avoir des difficultés à comprendre comment ils peuvent réaliser pleinement leur vie quotidienne pour atteindre le succès
qu'ils désirent. 



Le coach de vie est aussi un guide, un accompagnateur, un thérapeute d'orientation spirituelle qui s'est spécialisé dans l'accompagnement d'une personne
l'aider à vaincre les obstacles qui l'empêche de réussir sa vie. C'est surtout sur le plan de l'identité de la personne qu'un coach peut apporter sont aide, et, en tant que métaphysicien
diplômés, nous savons que notre subconscient enregistre toutes nos paroles, nos actions et nos
pensées, mais qu'il ne décide pas par lui-même si nos paroles ou actions sont bonnes ou mauvaises. Aussi, il arrive parfois qu'il
crée des liens malveillants vers notre esprit conscient, et très souvent, cela se transforme en un "pattern d'énergie négatif" dont il est difficile à se débarrasser. Le coach est là pour aider
le coaché à troquer ses habitudes négatives pour des habitudes positives. Le travail du coach est aussi de faire apparaître les forces et les talents cachés d'une personne. Il observe les
comportements du coaché et apporte des suggestions appropriées pour un changement bénéfique pour le client.



C'est en utilisant la Pastorale ou « l'écoute active », que le coach en métaphysique apprend à saisir l'état psychologique de son client, ses désirs
profonds, ses ambitions, ses forces comme ses faiblesses. C'est aussi en utilisant son intuition et sa compréhension du fonctionnement de l'esprit humain, et en appliquant les méthodes apprises
en métaphysique appliquée, qu'il arrive à créer l'espoir d'une vie future meilleure chez son client. Bien sûr, il ne porte jamais de jugement critique sur le comportement de celui-ci. 



Le travail d'un coach de vie ressemble un peu à celui de l'hypnologue, c'est-à-dire, que c'est le coaché qui mène le bal non le coach. Je le répète, le coach
est un accompagnateur, un guide spirituel, un thérapeute non un dictateur de conduite. Il ne doit jamais se substituer à son client ni critiquer sa façon de vivre. Son travail de "coach" consiste
surtout à se concentrer sur l'état d'âme de son client, sur la manière dont celui-ci aborde ses problèmes. Évidemment, le client doit être vraiment décidé à entreprendre cette démarche. Il doit
vraiment vouloir réussir sa vie. Voilà pourquoi la confiance doit règner entre le coaché et le coach. 



Assurément, le coach va proposer des solutions positives à son client, des propositions qui vont le focer à agir, par exemple:



changer certaines habitudes négatives


modifier un trait de comportement qui lui est nuisible


réorienter sa carrière


passer plus de temps avec sa famille...ect, mais c'est toujours le coaché qui décide en fin de compte. Le partenariat formé entre le coach de vie et le
coaché a pour objectif de stimuler celui-ci afin de produire des résultats significatifs et des améliorations notables dans la vie personnelle et professionnelle du client. Le coaching de vie
n’est pas une thérapie où l'on cherche à saisir le passé du coaché. Il s'agit surtout de permettre au coaché d'aller de l’avant et de le faire sortir de son rôle de victime. Personne ne peut
vivre à la place de l'autre et dès le moment ou l'on décide d’agir, on se réapproprie sa vie.


Lu sur internet