Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 08:52

La séparation des parents n'est que l'aboutissement de leur désunion. Désunis pour désunis mieux vaut aller jusqu'au bout. L'enfant ne vivra pas au quotidien l'effondrement de l'union de ses parents. Il souffre le martyr moral dans les deux cas : parents séparés ou pas séparés. Il sait que ses parents sont désunis. Il sait qu'il est de ce fait exposé à la souffrance morale lancinante qui mine la formation de son patrimoine moral. Le malheureux enfant se résigne à souffrir ou il se révolte à sa façon.

 

Les parents s'organisent pour ne pas souffrir eux-même de voir leur enfant souffrir. C'est différent. Les parents font tout ce qui est en leur pouvoir pour ne pas voir leur enfant souffrir parce que sa souffrance se reporte sur eux-même. Ils souffrent de voir leur enfant souffrir. Ils veulent l'éviter à tout prix. Ils veulent tirer un trait sur l'épisode d'une union malheureux. Ils font tout pour éviter la souffrance. Il la laisse porter par l'enfant seul. Les parents désunis ont souvent reconstruit une famille. Ils sont heureux. Le malheureux enfant lui reste avec sa souffrance morale lancinante qui mine la formation de son patrimoine moral. Soit il se résigne à souffrir et s'adapte, soit il se révolte à sa façon.

 

Les parents séparés ne délaissent pas "physiquement" leur enfant !! C'est leur désunion qui a délaissé la formation du patrimoine moral de leur enfant.

Un enfant a un besoin naturel de se forger un patrimoine physique et un patrimoine moral de qualité.
Pour le patrimoine physique, pas de problème dans nos sociétés tant qu'il y a à manger, à boire, à se soigner.
Pour le patrimoine moral, l'enfant a besoin de l'union des deux parents pour s'en forger un de qualité. S'il y a désunion du couple le malheureux enfant se retrouve vite en manque, tourmenté par la souffrance lancinante, riposte de la nature de matière contre toute agression. Il panique. Il réagit soit en se résignant soit en se révoltant à sa façon. La formation de son patrimoine moral est dès lors laissé à la merci.

Priver un enfant d'une bonne formation de son patrimoine moral en se désunissant c'est comme le priver d'une bonne formation de son patrimoine physique en le privant de nourriture. C'est la pire des choses qu'un couple peut faire à son enfant.

 

L'enfant cherche naturellement, sans qu'il s'en rende compte, une bonne formation de son patrimoine moral. Seule l'union des ses parents peut lui en fournir une bonne. Si ses parents se désunissent, il sait d'instinct qu'il s'expose à la souffrance morale lancinante qui va miner cette formation. D'où une panique chez lui. C'est la pire des choses que des parents peuvent faire à son enfant à égalité avec la privation de nourriture qui va miner la formation de son patrimoine physique. Un enfant a besoin de se forger un patrimoine physique et un patrimoine moral qu'il utilisera tout au long de sa vie.

 

Tant que les parents sont unis tout va bien pour l'enfant. Tout le "village" peut  même participer à la formation de son patrimoine moral. S'ils se désunissent tout se gâte pour lui. C'est naturel. C'est inscrit dans le marbre de la nature : chez l'espèce humaine la formation du patrimoine moral d'un enfant doit être fait par l'union de ses deux parents.

 

 

Se résigner à souffrir le martyr moral pendant la formation de son patrimoine moral conduit à des attitudes défensives exacerbées étant adulte.

 

Une attaque morale aussi violente qu'est la désunion de ses parents, à un moment de sa vie aussi vulnérable que sont l'enfance et l'adolescence engendre une combativité défensive exacerbée dans la vie adulte.

La désunion du couple pendant l'éducation des jeunes est la pire des choses que peuvent faire des parents à ses enfants.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude DE BORTOLI
commenter cet article

commentaires