Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 10:12

La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains dépénalise l'avortement et libère la femme de toute culpabilité liée à une interruption volontaire de grossesse. Son foetus est un organe éphémère qui lui appartient comme un de ses organe. Elle en dispose à sa guise en fonction de ses instincts maternels et de ses disponibilités. Si elle veut le garder; elle le garde. Si elle ne le veut plus, elle l'extraie comme on extraie un organe à condition qu'une libération anticipée ne provoque pas une naissance suivie d'une mort des plus innocente.

 

La définition logique et objective du foetus humain par une femme peut être troubler par ses instincts maternels.

 

Je suis un homme. Mon raisonnement et ma définition du foetus humain sont objectifs parce qu'ils ne sont pas troublés par des instincts maternels.

 

 

Le foetus est un organe spécial. Il est voué à devenir un être vivant. Il se génère dans le corps de la mère puis disparait du corps à la naissance du bébé. C'est un organe, spécial mais organe quand même, parce que seuls des organes peuvent rester dans le corps de la mère.

 

 

Un foetus existe comme un coeur ou un poumon. Il ne vit pas. Il existe. Vivre, c'est après la naissance. Extraies un poumon d'un corps humain, c'est une masse de chair inerte sans vie. Il existe tant qu'il est dans le corps. Sortit du corps, c'est une masse de chair sans vie. C'est la même chose pour un foétus libéré trop tôt du corps de la mère.

 

Tant qu'il est en gestation, le foetus suit sa lente évolution au dépend du corps de la mère comme un organe jusqu'à la naissance. Là, il disparait du corps de la mère et devient un être humain à part entière.


Mais si par malheur, une libération anticipée provoque une naissance suivie d'une mort, là c'est un odieux crime d'un être humain des plus innocent.

 

 

Le foetus n'est pas un organe "normal" faisant partie depuis toujours du corps de la mère. C'est un organe éphémère. Un organe à part. Il est issu de la fécondation. Il est donc toléré par le corps de la mère moyennent des désagréments. Ce n'est pas une greffe. Il n'y a pas rejet. Les nausées sont une "douceur" par rapport aux effets d'un rejet. Le foetus s'accroche comme un organe. Il se génère à ses dépends puis se libère pour devenir un être humain. La venue de l'organe éphémère perturbe le corps de la mère.

 

Le foetus est un organe éphémère. Le seul. Qui dit organe éphémère dit obligatoirement développement et évolution avant la libération.

 

Le foetus est le seul organe éphémère chez les mammifères. Il existe dans le corps de la mère le temps de la gestation puis disparait au moment de la naissance du jeune.

 

Vous sortez un poumon ou un foi d'un corps humain, ce n'est plus qu'une masse de chair inerte.
C'est la même chose pour un foetus
. C'est un organe éphémère.

L'empreinte laissée par un humain dans la nature de nature est la suivante : Gestation, vie, dissipation, séparées par deux passages anti-retour : la naissance et la mort.

L'empreinte a commencé à la fécondation. Pas la vie. La vie, elle, a commencé à la naissance et finira à la mort.

 

 

 

Un coeur ou un poumon existe. Ils ne vivent pas. Sors les du corps, il ne sont qu'une masse de chair inerte. C'est la même chose pour un foetus.

 


La vie se situe entre la naissance et la mort. Avant la naissance ce n'est pas la vie, c'est la gestation. Après la mort ce n'est plus la vie, c'est la dissipation du corps dans la nature de matière.

 

 

 

Il y a meurtre quand il y a mort. Un foetus ne peut pas mourir puis qu'il n'est pas encore né.

C'est un organe éphémère. Il fait partie du corps de la mère. Elle en dispose à sa guise en fonction de ses instincts et de ses disponibilités à la condition expresse qu'une libération anticipée ne provoque pas une naissance suivie de la mort d'un être des plus innocent.

 

 

La nature de matière nous connait depuis notre fécondation et nous oubliera après la mort de notre corps de matière

La nature de métamatière nous connait depuis notre naissance et nous connaitra pour l'éternité.

Alors que choisir ? Oeuvrer pour la matérialité ou pour la métamatérialité ?

 

 

Ces masses de chair inertes provoquent tes instincts maternels et te révoltent parce que tu y vois un petit être humain et je le comprend.

C'est un leurre pour les instincts ! Une erreur d'appréciation !!

Ce n'est pas encore un être humain. C'est un foetus humain. Un organe éphémère extraie du corps de la mère. Ce n'est pas un bébé mort après sa naissance. Il n'y a pas eu naissance. Il y a eu extraction d'un organe éphémère. L'appellation "être humain" c'est après la naissance. Pour l'heure c'est un organe éphémère qui fait part intégrante de la mère. Elle en dispose à sa guise en fonction de ses instincts et de ses disponibilités à condition qu'une libération anticipée ne provoque pas une naissance suivie d'une mort d'un humain plus innocent.

Serais-tu aussi émut devant un coeur ou un foi extraie du corps ?

 

 

Une situation :

Une femme enceinte de plusieurs mois veut se faire avorter. Elle va voir son toubib. Il lui pratique l'avortement. Manque de chance le foétus naît. Il pousse un cri. Il respire. Il naît à la vie. Le toubib en a vu d'autre. Ce n'est pas son premier avortement aujourd'hui. Il attend que le bébé trépasse faute de soin. Mais le nouveau-né résiste. Il crie de plus belle. Le toubib prépare une injection létale pour en finir avec cette nouvelle vie qui ne veut pas mourir. Le bébé finit par mourir tout seul par manque de soin. Ses restes vont rejoindre d'autres restes humains dans la poubelle déjà bien pleine. -Faut penser à la vider de temps en temps - sermonne le toubib en s'essuyant machinalement les mains sur son tablier maculé de sang.

 

Là il y a un odieux crime d'un être des plus innocent. La femme et le toubib doivent rendre des comptes.

La croyance à l'univers de métamatière légalise l'avortement. Mais elle est sans pitié si la libération anticipée provoque une naissance suivie d'une mort des plus innocentes. La femme devra répondre d'infanticide et son complice le toubib de meurtre.

 

Oui mais la femme ne veut pas de ce bébé !

 

Elle ne le veut pas certes mais elle ne le tue pas ! Elle le donne à un couple stérile en mal d'enfants.

 

Au premier signe de vie d'un être humain, à sa naissance, à son premier cri, à son premier souffle, la nature de métamatière implante un embryon d'esprit dans ce corps humain tout neuf. Tuer ce nouvel humain porte atteinte à la nature de métamatière. 

 

Une vie existe par elle même.

Or un foetus libéré top tôt du corps de la mère, même avec un coeur qui bât, ne survit pas. C'est bien qu'il ne vivait pas. Il se générait.


 

Tant qu'il est en gestation le foetus est un organe éphémère. Si la mère l'abandonne avant la naissance, il ne sera qu'une masse de chair comme un coeur ou un poumon que l'on a extraie. Si la mère l'abandonne après la naissance il continue à vivre.

La logique veut donc qu'avant la naissance il y a gestation. Il y a organe éphémère. La vie, c'est après la naissance. Pas de compromission avec la logique.
 

 

La phase gestation humaine commence à la fécondation et finit à la naissance.
La phase vie humaine commence à la naissance et finit à la mort.
La phase mort humain se situe après le décès.

 

Le foetus dépend complètement de la mère. Si elle veut s'en défaire, il n'est plus. La gestation dépend de la mère. La vie elle ne dépend plus de la mère. Si elle ne veut plus de son bébé, il continue à vivre.

 

Lorsque le cordon ombilical est coupé, si le bébé est viable, il y a naissance d'un être humain.

 

Bonne nouvelle , même dans les laboratoires les plus pointus, on n'est pas encore arrivé à créer des grossesses en dehors du corps maternel. 

 


Le ténia est un parasite qui affaiblit le corps. Un foétus n'est pas un parasite. Il n'affaiblit pas le corps de la mère. Ce n'est pas non plus une greffe ; il n'y a pas rejet. Ce n'est pas non plus un objet. C'est un organe. Seul un organe peut rester 9 mois dans le corps de la mère sans danger pour elle. C'est un organe éphémère qui se développe aux dépend du corps de la mère et qui disparait à la naissance du bébé..

 

Une maladie est une atteinte à l'intégrité physique par un agent extérieur au corps. La fatigue de la grossesse est seulement due à l'évolution d'un organe éphémère faisant partie intégrante du corps de la mère.

 

Le père n'a aucun pouvoir sur le foetus. Il appartient au corps de la mère. Il peut seulement "chanter comme un merle" pour stimuler les instincts maternels de sa compagne.

 

 

Mort-né, c'est comme "mort-vivant". C'est une aberration. Nos ancêtres croyaient aux "morts-vivant". Nous, on croit au "morts-né" !!   

 

 

Bénis soient les instincts maternels !! Ils éternisent l'espèce humaine.

Ils sont bons pour la femme, pour la famille, pour la société, pour le Terrien, pour l'espèce humaine, pour l'univers de matière et pour l'univers de métamatière.

La fausse couche est un phénomène de rejet Dans ce cas, le foetus, jugé non conforme par Dame Nature, ne se présente plus comme un organe éphémère faisant partie intégrante du corps de la mère. Il se transforme en un corps étranger expulsé naturellement vers l'extérieur. La nature fait bien les choses !

L'air frais de la respiration donne le coup d'envoi d'une nouvelle vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude DE BORTOLI
commenter cet article

commentaires

alfred 12/07/2010 11:26



Quel ramassis d'âneries !


C'est vraiment consternant